N°26. ACCUMULATION PAR DEPOSSESSION, le 30 octobre 2014

LIEN : N°26. ACCUMULATION PAR DEPOSSESSION (A4)

Cette quatrième note de travail « Accumulation par dépossession » se structure en quatre parties. La première fait un état des lieux du démantèlement social en cours par les décisions politiques en France et en Europe. Un antagonisme de classes se radicalise entre, ce que nous nommons, l’infra-politique précarisé et le macro économico-politique international à dominante financière.

D’où la nécessité, en seconde partie, d’un appui critique qui puisse analyser les actions réciproques de ces deux échelles, le local et le global. Nous le trouvons, pour cette note, dans la théorie du géographe marxiste David Harvey et ce qu’il nomme « l’accumulation par dépossession ».

La troisième partie en tire les conséquences : du point de vue du rapport Capital/travail puis de la crise de la citoyenneté sociale. Celle-ci déplace, au sein de la théorie marxiste, l’analyse de la production à la reproduction de la force de travail.

Ce déplacement opère, en quatrième partie, la proposition d’une égaliberté (Balibar), selon deux conditions : inverser le rapport historiquement institué entre socialisme et communisme et affirmer la nécessité militante d’une imagination anticipatrice politique comme forçage de la logique néolibérale.

 

MATERIALISMES.N°26.ACCUMULATION PAR DEPOSSESSION(A4)_Page_1

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s