N°45. L’ENVERS DU CYNISME, le 26 avril 2015

PDF : N°45. L’ENVERS DU CYNISME

Cette note débute par les points que nous retenons de la tribune publiée dans le Monde du 25 avril du ministre Macron « Retrouver l’esprit industriel du capitalisme ». Contre ce qu’il nomme « un capitalisme naïf », il en appelle à une « démocratie actionnariale » et à la figure du « salarié actionnaire ». Nous y lisons, pour notre part, une tentative de compromis social par une division entre salariés, une neutralisation des mouvements collectifs et celle de la mémoire des luttes ; une soustraction du politique par la logique gestionnaire privée.

Aussi est-il urgent de reconstruire l’ensemble des catégories de pensée et d’action d’une politique de l’émancipation à partir d’une critique de l’économie de la dette.

Ceci passe, pour nous, par une relecture de l’Anti-Œdipe de Deleuze et Guattari, selon les indications, entre autres, de Maurizio Lazzarato dans La Fabrique de l’homme endetté. Cette relecture réintroduit le problème de l’inconscient, questionne l’intégration des contradictions du capitalisme et des antagonismes de classe dans les complexes de l’inconscient.

 

N°45.L'ENVERS DU CYNISME_Page_1

 

 » Gauche alternative ou gauche de transformation sont des appellations par défaut, sans contenu défini. Nulles. Gauche de gauche ou gauche radicale redoublent la confusion. Pour savoir quel nom doit être le nôtre, il nous faut être clairs sur notre projet. S’il s’agit d’en finir avec la domination de classe, partons d’une analyse de classe. La structure de classe clive la société en deux : entre le peuple dans son grand nombre et une minorité oligarchique, qui est à la fois dominante et, comme dit Gramsci, « dirigeante  ». Elle domine par un monopole de propriété concédée, sous la houlette du capital financier. Elle dirige à travers un monopole de compétences appropriées par une soi-disant élite. Elle exerce ainsi son pouvoir à travers deux sortes de privilèges reconductibles, qui se mélangent et convergent, mais conservent un potentiel de divergences. Elle articule deux forces sociales distinctes, qui, dans l’arène politique, siègent, l’une, à droite et l’autre, plus ambivalente, plus flexible, à gauche. Au sein du peuple, et c’est ce qui le définit, il n’y a pas de privilèges, mais des acquis, fruits de luttes séculaires. Mais ces acquis, toujours à reconquérir, sont inégalement partagés selon que l’on appartient ou non à des professions ou générations où l’on s’est trouvé en mesure de les défendre ».

© L’HUMANITÉ, jeudi 23 avril – Jacques Bidet.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s