N°50. CLINIQUE DE LA POLITIQUE OU L’IMPOSSIBLE CLÔTURE DU POLITIQUE, 5 juillet 2015

PDF : N°50.CLINIQUE DE LA POLITIQUE

Cette note développe notre seconde remarque. Elle pose, pour l’essentiel, le cadre théorique dans lequel nous désirons travailler : l’articulation entre critique politique et clinique de l’inconscient. Elle nous semble être la seule opératoire pour clarifier ce qui pourrait apparaître, dans les analyses de E. Laclau, une équivalence contingente d’une hégémonie contre une autre autour d’un même « signifiant vide » et à part égale. Contre cette lecture, nous affirmons qu’il n’y a ni part égale, ni équivalence, dans la contingence même. Il y a bien un antagonisme entre tendance émancipatrice et contre-tendance que cette articulation seule peut identifier.

Deux plans, distincts mais combinés, provoqués par cette articulation, sont ici considérés : celui des effets produits du point de vue de la théorie et ceux produits sur la pratique théorique de la théorie elle-même. Mené à terme, nous voulons identifier jusqu’à quel point limite la pratique analytique de l’inconscient est un modèle opératoire pour l’intervention philosophique dans le champ d’une subjectivation politique.

Pour l’heure, cette articulation du champ psychanalytique et du champ politique ouvre à de nombres pistes pour une analyse sous conjoncture. Nous en indiquons trois, dont celle centrale du référendum grec du 5 juillet.

Pour développer ces pistes prochaines et présentes, nous concluons cette note par le lien de cette articulation, depuis son énoncé ontologique : l’impossibilité de toute clôture du politique. Sera nommée domination toute forme de politique qui cache ou nie cette impossibilité. Sera nommée émancipation toute politique qui l’assume. Ce qui impliquera de travailler l’articulation entre universel et particulier dans la relation hégémonique.

 

N°50.CLINIQUE DE LA POLITIQUE_Page_1

CORRESPONDANCE :

Discours de l’allocution télévisée prononcée à Athènes le 1er juillet 2015 par le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, en prévision du référendum du dimanche 5 juillet et celui du 4 juillet sur la place de la Constitution. PDF : Discours TSIPRAS

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s