N°55. CE QUE NOUS DEVONS AUX MIGRANTS, 4 octobre 2015

PDF : N°55. CE QUE NOUS DEVONS AUX MIGRANTS

Dans cette note, nous citons deux textes. Le premier, daté de 1997, est un soutien à la lutte des Sans Papiers d’Etienne Balibar. Le second, octobre 2015, est un tract de la CGT, PSA Mulhouse, de travailleurs fraternels avec les migrants.

Nous pensons que nous devons maintenir présente et ouverte l’articulation de ces deux textes séparés de 18 années mais d’une lutte commune, indissociable et présente. Notre tâche théorique est celle d’une analyse critique du processus de dé-démocratisation de la gouvernance «néolibérale». Elle est de déconstruire son discours hégémonique que nous entendons à pleine gorge déployée. Nous sommes en lutte, dont celle d’une lutte de classe dans la théorie, dans ce moment où la crise de la démocratie « réellement existante », « débouche sur l’épuisement de la signification du mot même de démocratie, dont les usages dominants apparaissent alors soit comme obsolètes, soit comme pervers »

 

N°55.CE QUE NOUS DEVONS AUX MIGRANTS_Page_1

CORRESPONDANCE :

Etienne Balibar, Changer l’Europe, changer en France, septembre 2015
Pierre Dardot, Christian Laval, l’Europe « Hors démocratie », septembre 2015
Frédéric Lordon, Plan A, plan B, Plan C !, octobre 2015

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s