N°08.LUTTONS.org, 18 octobre 2015

PDF : N°08.LUTTONS.org

Nous publions deux textes. Deux voix sur le conflit israélo-palestinien. Le premier est l’appel du prisonnier Marwan Barghouti. Acteur de la deuxième intifada, il purge depuis treize ans une peine de prison à vie en Israël pour terrorisme. Il vient de faire parvenir au quotidien britannique The Guardian, – repris dans l’Humanité – depuis la cellule n°28 de la prison de Hadarim, au nord de Tel-Aviv, une lettre dans laquelle il analyse « les causes profondes de la révolte en cours ».

Le second de l’historien militant israélien Zeev Sternhell, militant d’une solution fondée sur la coexistence de deux États. Sa tribune a été publiée dans le quotidien « Haaretz » et traduit en français pour Le Monde. Il compte parmi les quelques voix israéliennes opposées à la politique de colonisation des territoires occupés.

Notre journal « Matérialismes » a commencé à publier son premier article en juillet 2014. Son premier titre, « Intolérable », accusait le silence et l’inertie de la communauté internationale lors du conflit unilatéral, par la puissance militaire israélienne engagée, « bordure protectrice » contre Gaza. Ce titre pourrait être aujourd’hui repris pour les mêmes raisons. Mais la répétition doit cependant s’appliquer à analyser les déplacements qui font du conflit en cours une inscription historique propre dans l’histoire du conflit israélo-palestinien. Deux points seraient à remarquer. Le premier est celui d’une génération, nommée « la génération des orphelins d’Oslo ». Elle porte le nom de la signature à Taba des déclarations de principe du second Accord d’Oslo de septembre 1993. Cette génération aurait dû connaître la paix mais n’a vécu que « l’expérience d’un abandon de tout espoir », l’humiliation, la levée de murs sur son territoire occupé, les prisonniers et les morts. Il nous faudra entendre cette génération, religieuse et laïque, pour qui les « vieilles structures sont en pleine confusion ou dans le déni ». Le second point à développer est son lieu de cristallisation : la mosquée Al-Aqsa. Il est pour cette génération un symbole religieux et laïc de leur identité nationale, « le dernier symbole effectif d’une identité si complètement réduite à néant par l’état israélien ».

Si rien ne peut justifier la sacralisation de leur désespoir à l’arme blanche, ce qui leur est exigé est une impossibilité historique, idéologique et politique qu’aucun peuple ne pourrait accepter. C’est cette impossibilité que résume la formule de Hanan Ashrawi sur les rapports israélo-palestiniens : « Nous sommes le seul peuple au monde auquel on demande de garantir la sécurité de son occupant tandis qu’Israël est le seul pays au monde qui prétend se défendre de ses victimes. »

N°08.LUTTONS.org_Page_1

CORRESPONDANCE

Les enragés d’Oslo (PDF), Le Monde 13 octobre 2015.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s