Livres

Publiées dans la collection Matérialismes des éditions le Clou dans le fer, ces études peuvent être directement auprès de nous. (Contact/Commande Particulier : (+ 2 € frais de port). Matérialismes, 5 allée Copernic 51100 Reims)
 

ANDREA CAVAZZINI, CRISE DU MARXISME ET CRITIQUE DE L’ÉTAT. Le dernier combat d’Althusser.
10,9 x 17,8 cm, 104 pages ISBN : 978-2-917824-07-8 / 11 €  

Pourquoi relire Althusser aujourd’hui ? En particulier, pourquoi relire les textes qu’il consacrera, à la fin des années soixante-dix, à la crise du marxisme ? L’oubli volontaire du mouvement communiste, de son trajet et de sa destinée, est au cœur de notre actuelle désorientation politique. Notre présent a du mal à penser la politique et l’histoire, faute d’avoir fait le travail du deuil du communisme et de ses impasses tragiques. Les derniers textes de Louis Althusser posent justement les problèmes que ces impasses avaient déjà commencé à soulever, et esquissent une analyse des refoulements qui n’ont cessé d’hanter le mouvement communiste tout au long du dernier siècle. Au cœur de ces refoulements, il y a la suture entre la politique communiste et le référentiel étatique, moyennant l’hégémonie de la forme « militaire » du Parti ; par là, Althusser anticipe les théoriciens contemporains qui travaillent à une figure post-étatique de l’« hypothèse communiste ».

GROUPE DE RECHERCHES MATERIALISTES. Andrea Cavazzini
. Le Sujet et l’étude. Idéologie et savoir dans le discours maoïste.
 Suivi de Dialogue avec Yves Duroux
10,9 x 17,8 cm, 160 pages ISBN : 978-2-917824-15-3 / 11 €

Le mouvement communiste du XXe siècle reste une énigme : après sa dissolution, il n’a pas été possible de mener une véritable réflexion sur sa nature et son devenir. De tous ses différents visages, le maoïsme-chinois et occidental est probablement le plus troublant et celui qui présente les plus grandes difficultés vis-à-vis de toute tentative d’analyse rétrospective. Le Séminaire du Groupe de Recherches Matérialistes a rencontré les traces des discours et des pratiques maoïstes en travaillant sur la politisation du monde étudiant dans la seconde moitié du XXe siècle. Par ce biais, nous avons pu les aborder du point de vue d’une articulation de concepts qui explique peut-être le caractère troublant de cette séquence : l’articulation idéologie-sujet-savoir.

Stéphane Legrand et Guillaume Sibertin-Blanc,
Esquisse d’une contribution à la critique de l’économie des savoirs.

ISBN : 978-2-917824-04-7. Publiée dans la collection Matérialismes des éditions Le clou dans le fer, cette étude a du être retirée de la circulation par une mise en demeure de Didier Eribon, nous refusant le droit de publier son entretien avec Michel Foucault « Pour en finir avec le mensonge » qui était sa première partie. Nous donnons ici accès à sa postface

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s