« jusqu’à présent nous n’avons pas dit un mot. Nous avons appris pendant ces temps tragiques à être silencieux et à avancer à pas de loup. Soyez tranquilles, nous parlerons aussi » Ouvrier tourneur hongrois des usines Csepel, 23 octobre 1956.


ROUGE hebdo, Revue de Presse Militante.

Année 2016
ROUGE hebdo, n°40, 26 Décembre 2016
ROUGE Hebdo 39, 11 décembre 2016
ROUGE Hebdo N°38, 04 décembre 2016
ROUGE Hebdo N°37, 27 novembre2016
ROUGE Hebdo 36, 20 novembre 2016
ROUGE Hebdo, 35, 13 novembre 2016
ROUGE hebdo 34, 06 novembre2016
ROUGE Hebdo N°33, 30 octobre 2016
ROUGE Hebdo, n°32, 23 octobre 2016
ROUGE Hebdo, N°31, 16 OCTOBRE 2016
ROUGE Hebdo N°30, 09 Octobre 2016
ROUGE Hebdo N°29, 02 Octobre 2016
ROUGE Hebdo N°28, 25 septembre2016
ROUGE hebdo n°27, 18 septembre 2016
ROUGE hebdo, N°26, 11 septembre 2016
ROUGE hebdo N°25, 04 septembre 2016
ROUGE hebdo N°24, 28 août 2016
ROUGE hebdo N°23, 21 août 2016
ROUGE hebdo N°22, 14 Août 2016
ROUGE hebdo N°21, 7 Août 2016
ROUGE hebdo N°20, 31 Juillet 2016
ROUGE hebdo N°19, 24 juillet 2016
ROUGE hebdo N°18, 16 juillet 2016

TRACTS « ROUGE » npa. (Mobilisation de mars 2016 Contre la loi de travail El Khomri)

Rouge.npa, 06 mars 2016
Rouge npa, 21 février 2016

LUTTONS.org. Avril 2015-Janvier 2016

PDF : N°11.LUTTONS.org, 24 janvier 2016

Article de Patrick Le Moal à propos du livre de Florence Joshua : Anticapitalistes : Une sociologie historique de l’engagement de 1968 à 2009, La découverte, 2015.
(Mensuel Anticapitaliste, NPA, N°72, Janvier 2016)
Extrait du livre de Florence Joshua sur le Site Contretemps.

PDF :  N°10.LUTTONS.org, 13 décembre 2015

Nous publions des extraits de l’entretien avec le sociologue Sylvain Laurens et la revue en ligne Contretemps. Dans son étude, Les courtiers du capitalisme, l’auteur nous décrit la fabrique politique de l’Europe depuis ce qu’il nomme l’« accumulation primitive d’un capital bureaucratique ». Son analyse historico-sociologique de l’administration de la Commission permet de comprendre l’émergence d’un système de relations sociales dans un huis clos administratif qui « maintient structurellement et durablement à l’écart des décisions politique une large part des citoyens », en donnant « une primauté à l’expertise technique produite derrière un paravent administratif sur des sujets politiques » . Comme le souligne l’entretien, l’administration n’est donc pas qu’un « outil » aux mains de dirigeants politiques. « Elle a une relative autonomie de fonctionnement (…). Cette masse critique de 30 000 agents n’est pas qu’un étage de la superstructure, elle est une couche sociale inscrite dans la lutte des classes du côté du capital. Elle joue son propre rôle historique ».

La lecture de son étude, accompagnée de cet entretien, importe pour tout débat à gauche sur la question d’un rapport de force et la sortie de l’Euro, de la relative fermeture du champs des possibles sous condition de l’échelle mobile des espaces stratégiques. Il nous rappelle que « vouloir la sortie de l’euro au nom de la souveraineté politique ou l’obtenir au terme d’un mouvement populaire victorieux ne me semble pas du tout renvoyer aux mêmes logiques ». Une lecture déterminante des implications politiques de ce travail est alors de désigner les « éléments à intégrer à notre réflexion politique  : celui de ne « pas faire comme si gagner des élections et investir le Parlement européen suffirait à casser l’assemblage entre les milieux d’affaires et la Commission » ; celui de « ne peut pas ignorer non plus qu’une bonne partie des luttes politiques se jouent désormais sur le terrain de l’administratif, du technique et de la science » impliquant « qu’on réintroduise dans l’analyse le rôle joué par les bureaucraties en prenant au sérieux leur poids politique. Pas seulement en les regardant comme un outil dont il suffirait de se saisir mais en prenant en compte les multiples façons à travers lesquelles elles pèsent sur le jeu social en organisant les marchés, en définissant les contours juridiques des rapports de production mais aussi en opposant leur propre poids aux initiatives politiques dynamiques ». Enfin, celui de ne pas oublier qu’ « une sortie de l’euro n’annihilerait pas du jour au lendemain la structure administrative qui a poussé à la création de l’euro. Un mouvement politique victorieux aurait toujours face à lui cette structure-là : la sortie de l’euro se ferait avec, en contrepoint, le poids permanent de cet assemblage technocratique et un projet de libre-échange transatlantique accéléré. »

D’où la nécessité de construire un autre rapport de force qui doit apprendre à exploiter ce point tactique que l’a Commission est et reste « une administration mais certainement pas un Etat. » Si « elle pèse sur le jeu économique et les gouvernements », elle « n’a qu’une capacité d’intégration des populations au second degré. (…) C’est là un point majeur qui la différencie très fortement d’un Etat classique. L’incapacité de cette structure administrative à intégrer autre chose que des élites polyglottes est ce qui constitue non pas une fragilité (je n’irai pas jusque là au vu de la réalité des rapports de force) mais une incomplétude dont une bonne part des administrations nationales et des fonctionnaires de la Commission eux-mêmes ne se satisfont pas ».

Cet entretien peut être lu dans son intégralité sur le site de Contretemps, ainsi qu’un extrait de son livre.

PDF : N°09.LUTTONS.org, 15 novembre 2015

Nous avions décidé de publier ces deux articles sur le conflit israélo-palestinien avant la nuit du 13 au 14 novembre 2015 et les attentats à Paris. Nous maintenons notre décision. Nous les relisons autrement que la veille et ce sont aujourd’hui les palestiniens meurtris qui nous soutiennent en organisant à Bethléem une manifestation de solidarité avec les victimes du terrorisme en France, au Liban et en Palestine. Nous devrons, avec eux, contenir tous les risques de ce que les stratèges nomment une « guerre combinée hors limites », qui, abolissant la distinction entre champ et hors champ du terrain de la bataille, annonce un « état global de guerre généralisé » qui rend vaine toute distinction entre guerre et paix. De même, tous les risques que peut contenir un Etat d’exception normalisé.

Le premier article est le témoignage de Majed Bamya, qui, « dans cette désinvolture des balles qui viennent se loger dans notre chair et nos rêves » des snipers israéliens lors d’une manifestation, rappelle qu’elle refusera « ce qu’ils cherchent, que cette colère se transforme en haine aveugle et j’apprivoiserai ma rage pour qu’elle devienne détermination, même s’ils font tout pour rendre cette tâche impossible ».

Le second article est de Joseph Confavreux. Il nous semble être, à ce jour, le plus complet sur la génération nommée « du mur ». L’intérêt que nous lui portons tient autant pour ce qu’il écrit que les questions qu’il soulève.

Un troisième article aurait pu être cité : « Génération spontanée en Palestine » de Julien Salingue. Nous soulignons ce passage : « L’occupation prolongée et l’absence de toute perspective de règlement du « conflit » ont produit des dynamiques institutionnelles conservatrices, y compris dans le mouvement de libération. On pense ici à la « dialectique des conquêtes partielles », dont parlait l’économiste Ernest Mandel à propos de la bureaucratisation des organisations ouvrières, pointant « [ceux qui] se comportent comme si toute nouvelle conquête du mouvement ouvrier devait être subordonnée de manière absolue et impérative à la défense de ce qui existe ». Les principaux groupes et dirigeants palestiniens sont ainsi dans une logique de défense, voire de consolidation d’un espace au sein d’un dispositif de pouvoir régi par les accords d’Oslo, avec l’existence de « zones autonomes » auto-administrées dont le contrôle est devenu une fin en soi, alors qu’elles étaient à l’origine considérées comme une simple étape avant l’émergence d’un État. Un contrôle d’autant plus convoité qu’il permet de développer une base au sein de la population, en premier lieu chez ceux qui exercent un emploi dans l’administration ».

Ces trois articles ont pour source le site France-palestine.org.

PDF : N°08.LUTTONS.org, 18 octobre 2015

Nous publions deux textes. Deux voix sur le conflit israélo-palestinien. Le premier est l’appel du prisonnier Marwan Barghouti. Acteur de la deuxième intifada, il purge depuis treize ans une peine de prison à vie en Israël pour terrorisme. Il vient de faire parvenir au quotidien britannique The Guardian, – repris dans l’Humanité – depuis la cellule n°28 de la prison de Hadarim, au nord de Tel-Aviv, une lettre dans laquelle il analyse « les causes profondes de la révolte en cours ».

Le second de l’historien militant israélien Zeev Sternhell, militant d’une solution fondée sur la coexistence de deux États. Sa tribune a été publiée dans le quotidien « Haaretz » et traduit en français pour Le Monde. Il compte parmi les quelques voix israéliennes opposées à la politique de colonisation des territoires occupés.

Notre journal « Matérialismes » a commencé à publier son premier article en juillet 2014. Son premier titre, « Intolérable », accusait le silence et l’inertie de la communauté internationale lors du conflit unilatéral, par la puissance militaire israélienne engagée, « bordure protectrice » contre Gaza. Ce titre pourrait être aujourd’hui repris pour les mêmes raisons. Mais la répétition doit cependant s’appliquer à analyser les déplacements qui font du conflit en cours une inscription historique propre dans l’histoire du conflit israélo-palestinien. Deux points seraient à remarquer. Le premier est celui d’une génération, nommée « la génération des orphelins d’Oslo ». Elle porte le nom de la signature à Taba des déclarations de principe du second Accord d’Oslo de septembre 1993. Cette génération aurait dû connaître la paix mais n’a vécu que « l’expérience d’un abandon de tout espoir », l’humiliation, la levée de murs sur son territoire occupé, les prisonniers et les morts. Il nous faudra entendre cette génération, religieuse et laïque, pour qui les « vieilles structures sont en pleine confusion ou dans le déni ». Le second point à développer est son lieu de cristallisation : la mosquée Al-Aqsa. Il est pour cette génération un symbole religieux et laïc de leur identité nationale, « le dernier symbole effectif d’une identité si complètement réduite à néant par l’état israélien ».

Si rien ne peut justifier la sacralisation de leur désespoir à l’arme blanche, ce qui leur est exigé est une impossibilité historique, idéologique et politique qu’aucun peuple ne pourrait accepter. C’est cette impossibilité que résume la formule de Hanan Ashrawi sur les rapports israélo-palestiniens : « Nous sommes le seul peuple au monde auquel on demande de garantir la sécurité de son occupant tandis qu’Israël est le seul pays au monde qui prétend se défendre de ses victimes. »

PDF : N°07.LUTTONS.org, 20 septembre 2015

– APPEL du collectif des 39 : NON à la contention !
– Intervention de P. Chemla, le 9 septembre 2015 à la table ronde  : Quels espaces citoyens pour les patients dans les établissements du sanitaire et du médicosocial ? – Colloque organisé par le Collectif des 39 au Sénat, dans le cadre de l’examen du projet de modernisation de la loi de santé.

PDF : N°06.LUTTONS.org, 23 août 2015

– André Tosel , « La migration-exil, un phénomène social total » Entretien réalisé par P. Chaillan.
© L’Humanité, 7 août 2015.

– (Extraits). Athènes, 21 août 2015. Déclaration de Stathis Kouvelakis sur la création d’un nouveau groupe sous le nom d’ »Unité Populaire ». (Traduction (revue et annotée par Inprecor) de Matthias De Lozzo.)

PDF : N°05.LUTTONS.org, 19 juillet 2015

Ce numéro 5 est consacré à la situation grecque. Il publie des documents d’intervention politique au lendemain de la signature du gouvernement Tsipras, et de son vote au parlement, d’un accord avec les « Institutions » dans le cadre imposé par les créanciers et l’Union européenne. Il s’agit, pour l’essentiel, de déclarations du comité central de la plateforme de Gauche du parti Syriza, dont certains membres sont ministres démissionnaires du gouvernement, et de Antarsya, coalition de la gauche révolutionnaire grecque. Elles sont datées du 10 au 15 juillet 2015.

Chacun de ces deux courants de la gauche radicale anti-capitaliste grecque, de tradition et d’histoire distinctes, appellent à la formation d’un front uni pour une alternative à la politique d’austérité, impliquant la nécessité d’une sortie de l’euro et du carcan de l’Union Economique et Monétaire. Le lundi 20 juillet, les composantes de la plateforme de Gauche de Syriza organiseront une réunion publique pour présenter les éléments centraux de sa proposition alternative.

Nous publions, conjointement, sur note site Matérialismes, deux autres documents. Le premier est la déclaration du sommet de la zone euro du 12 juillet 2015. Le second est un entretien entre Sebastian Budgen et Panagiotis Sotiris. Les extraits choisis traitent de la composition et de l’orientation politique d’Antarsya, l’analyse critique d’Antarsya et de l’orientation stratégique vue par Panagiotis Sotiris, membre de la direction d’Antarsya.

L’ensemble de ces interventions, à titre de documents sous conjoncture, soulève la question désormais centrale pour la gauche radicale française et internationale : est-il possible de réorienter démocratiquement l’Europe de l’intérieur ?

PDF : N°04.LUTTONS.org, 7 juin 2015

© L’HUMANITÉ, 29 Mai 2015. Maurizio Gribaudi, L’autre République du Paris ouvrier.
– Ve Rencontre de l’Économie des travailleuses et des travailleurs. 22 au 26 juillet 2015

PDF : N°03.LUTTONS.org, 17 mai 2015

© L’HUMANITÉ, 11 Mai 2015. Fanny Gallot, en découdre. Comment les ouvrières ont révolutionné le travail et la société.  Entretien réalisé par Mehdi Fikri

PDF : N°02.LUTTONS.org, 19 avril 2015

© L’HUMANITÉ, 10 avril 2015. 
Les travailleurs sont les véritables « experts ». Pour ouvrir une nouvelle ère de la démocratie et des droits de l’hommePar Yves Bongiorno, Tony Fraquelli, Christophe Godard et Jean-François Naton, militants syndicaux

 © L’HUMANITÉ, 24 octobre 2014. Justice pour les travailleurs du monde. Par Bernard Thibault, membre du conseil d’administration de l’Organisation internationale du travail

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s